IDAVOLL

Cécile LOZEN - Exploratrice des temps anciens

Pour trouver l’étincelle à l’origine de "La Flamme rouge", roman historique paru chez Bélénion éditions, il vous faudra d’abord chercher vers le Sud - et non le Nord.

Albigeoise, Cécile Lozen signe là, sous le feu du soleil tarnais, son deuxième opus. Et pourtant, ce n’est pas le massacre des Cathares au chevet duquel s’est penchée cette diplômée d’Histoire de l’Art, d’Histoire et d’Archéologie, mais celui tout aussi violent qui eut lieu le jour de la Saint-Brice, en l’an 1002, des Danes vivant en Angleterre.

Idavoll vous invite à la rencontre d’une authentique exploratrice des temps anciens.

 

  • L'envie ou le besoin d’écrire découlent-ils de votre parcours universitaire ou bien est-ce une vocation aux racines plus profondes?

Cécile Lozen, au pied du chêne millénaire de Tronjoly dans les Côtes d'ArmorIl est vrai que la rédaction de mon mémoire de master à la fac a mis à jour, a révélé, une envie qui était endormie car j’ai senti à ce moment-là qu’écrire était passionnant, surtout quand on le liait à la recherche scientifique.

Pourtant, je n’ai commencé à écrire les premières pages de mon premier roman que bien des années après, suite à lecture des ouvrages de l’archéologue Jean-Louis Brunaux, spécialiste des Gaulois. Je voyais des scènes entières se dérouler dans mon imagination à mesure des pages lues. Constatant que les romans historiques sur cette période étaient quasi inexistants, je me suis lancée dans l’aventure: écrire un roman sur les Gaulois qui puisse être réaliste archéologiquement parlant mais aussi un roman ayant le sens de l’épopée et de la quête initiatique, comme dans les textes évoquant les légendes arthuriennes que j’affectionne tout particulièrement.

 

Des œuvres ou auteurs vous inspirent-ils tout particulièrement et pour quelles raisons?

Oui, ce sont tous les livres d’histoire et d’archéologie sur mes périodes favorites (protohistoire, antiquité et haut moyen-âge), avec tous ceux qui traitent des mythes, des légendes, des mentalités religieuses sur ces périodes, je les dévore! Et la raison est simple, j’adore découvrir, apprendre, comprendre, enquêter, confronter.

 

  • Votre premier roman,  L’Or maudit de Tolosa, traite des Celtes et le deuxième, La Flamme rouge, des Vikings. Qu’est-ce qui a motivé votre choix de traiter ces périodes de l’Histoire?

Parce que ce sont des périodes passionnantes et méconnues, hélas parfois encore victimes de clichés. Ces "barbares païens" considérés péjorativement durant des siècles, qu’ils soient Gaulois ou "vikings", possédaient une culture originale et très riche sur bien des aspects (spiritualités,mythologie, littérature, modes de vie, sciences, art/artisanat, etc).

Également, ces périodes étaient ouvertes aux influences, aux autres, les "vikings" ou les Gaulois pouvaient prendre (au sens figuré comme au sens propre avec les pillages…) le meilleur du voisin pour le transformer selon leurs goûts et avec leur génie. Leurs comptoirs-colonies situés aux quatre coins de l’Europe étaient ouverts à toutes les cultures. Ce n’étaient pas des personnes fermées, bien au contraire.

Ces périodes étaient aussi celles des aventuriers, des pionniers, des découvreurs de nouveaux horizons, ce qui a permis leur entrée dans l’Histoire. Les Gaulois se sont installés jusqu'en Anatolie (Galatie) et en Égypte, et  les "vikings" ont découvert et colonisé de nouveaux territoires de l’extrême ouest (Amérique, Groenland, Islande) à l’Europe de l’est, se rendant jusqu’aux confins de l’empire byzantin et même au-delà encore (califat de Bagdad).

Enfin, malgré le système patriarcal qui faisait loi à ces époques, j’aime aussi le fait que chez les Celtes "indépendants" de l’âge du fer (en gros de 800 à 200 av. notre ère), et à l’âge viking, les femmes possédaient un statut "supérieur" à celui existant dans les autres cultures de la même période, voire même postérieures. En effet, les femmes à l’ère viking étaient très respectées et possédaient des droits (droit de divorcer, droit de récupérer leur dot lors du divorce, droit d’être "cheffe" si elle était non mariée et sans enfant, etc.). Elles prenaient part également au processus de "colonisation" des terres explorées par les vikings. Elles jouaient un rôle essentiel dans les pratiques "religieuses" qui avaient une importance fondamentale dans ces sociétés. Pour résumer, elles avaient une forme de "liberté" d’être et d’action "moderne".

 

  • Dans La Flamme rouge, la plupart des personnages ont réellement existé et la fiction est élaborée à partir de faits historiques étayés par de récentes découvertes archéologiques. Comment avez-vous procédé pour vos recherches et quelle part représentent-elles dans le travail d’élaboration du récit?

Fouille archéologique en 2008 du charnier de la Saint Brice sur le site du St John's College de l'Université d'Oxford - Photo: Thames Valley Archaeological ServicesJe lis toujours beaucoup de publications scientifiques sur la période et je prends des notes, afin d’établir petit à petit une sorte d’architecture de l’univers historique et des personnages.

Avec les faits historiques, les détails archéologiques, je dessine des silhouettes de personnes et de lieux, puis avec l’imagination, je comble les vides. La documentation historico-archéologique, c’est le miroir de mon imagination.

Par exemple, le début du roman La Flamme rouge avec l’église en feu d’Oxford où se réfugient les Danes, est inspirée directement d’un fait historique et de l’archéologie: une charte émise par Æthelred II en 1004 décrivant comment les Danois d'Oxford tentèrent de se réfugier dans l'église de Frithuswith afin échapper à la vindicte de la foule qui mit le feu au bâtiment pour les tuer, et un charnier découvert en 2008 par les archéologues (à Oxford, au St John's College qui est sur l’emplacement de l’ancienne église de Frithuswith), d’une trentaine de squelettes et qui après analyses, correspondent à ceux de "Danes" morts dans des conditions atroces.

Mais la lecture n’est pas tout, j’aime m’imprégner des lieux, de leur résonnance, et avant d’écrire ou quand je suis en phase d’écriture, je me rends sur les sites les plus emblématiques qui seront dans le roman. Pour la Flamme rouge par exemple, je me suis rendue sur l’île de Wolin (Baltique), pour découvrir Jomsborg et les anciennes terres slaves païennes où l’on adorait jadis le dieu aux 4 visages, Sventovit…

 

  • La narration a ceci de particulier qu’elle emprunte la majorité du temps une forme épistolaire. Est-ce pour vous un moyen avant tout de faire valoir la réalité des événements et des personnages, ou de souligner la confrontation entre deux aires culturelles et religieuses, celle des chrétiens lettrés et celle de la tradition orale païenne?

C’est tout cela à la fois! Mais aussi, lire une lettre écrite à la première personne, c’est entrer dans l’intimité du personnage, c’est en quelque sorte, voyager dans son âme. Et puis, ce format épistolaire permet une intrigue "policière" (dans chacune de leurs lettres les personnages se livrent, ce sont leurs témoignages).

Quant au récit principal qui les lie, avec ce mystérieux cavalier qui s’échappe du massacre et a pour mission d’aller avertir le roi Sven du meurtre de sa sœur et de tous les Danes d’Angleterre, il permet le registre de l’épopée, à l’image des sagas.

 

  • Si l’Angleterre est la toile de fond principale de l’intrigue, la Scandinavie ancienne, mais aussi la Normandie et le monde slave sont également représentés, ce qui contribue à mettre en exergue l’interconnexion entre les différents ‘territoires’ vikings. Votre goût pour les voyages, combiné à votre passion pour l’Histoire, vous ont-ils aidée à façonner cette vision d’ensemble?

Tout à fait car il me semble que pour écrire un bon roman historique immersif, il faut avoir à la fois le sens du détail et le sens de l’ensemble, le goût de la recherche historique scientifique et le sens de l’imagination, mais aussi celui du voyage, car comment comprendre cette époque sans découvrir les territoires où les personnages ont vécu?

Il me faut à chaque fois visiter les musées où les témoignages archéologiques et reconstitutions nous racontent leur vie au quotidien, je ressens aussi constamment le besoin de contempler les sites ou les monuments qu’ils ont pu voir de leurs propres yeux. Le voyage s’apparente pour moi à une quête des mots, c’est "partir en viking" de façon symbolique!

 

Ruines du palais ducal de Fécamp, édifié au Xème siècle, où vécurent Richard II et Emma de Normandie - Photo: Cécile Lozen

 

  • Les femmes occupent une place importante dans le récit, notamment Emma de Normandie et Gunnhilde. En tant qu’écrivaine, pensez-vous que le rôle des femmes et leur relation au pouvoir, en particulier au sein des sociétés préchrétiennes, soient correctement ou pleinement appréhendés par le grand public?

Depuis quelques années, le grand public commence à découvrir ces sociétés païennes ou préchrétiennes et notamment le fait qu’elles étaient beaucoup plus "modernes" que ce que l’histoire institutionnelle nous en a appris.

Les périodes protohistoriques anciennes avec dans leur continuité les âges du fer germanique, scandinave ou encore slave, puis l’âge viking, m’apparaissent plus "avancées" pour le respect de la femme que les cultures gréco-romaines par exemple, où la femme demeurait une éternelle mineure. En faisant voyager le lecteur dans ces périodes préchrétiennes, j’espère qu’il en sortira avec une vision nouvelle de celles-ci, et qui sait, avec la curiosité d’aller plus loin.

 

Quel regard portez-vous sur la question de l’existence de femmes guerrières parmi les Vikings et les débats houleux qu’elle suscite?

Dans La Flamme rouge, je me suis servie des éléments disponibles sur la question pour établir le personnage de Gunnhilde, la sœur du roi Sven (dit à la barbe fourchue), qui est dans le roman une "guerrière" jusqu’à son arrivée à la cour du roi anglais. Son statut change alors car dans le cadre du traité de paix entre Sven et Æthelred, entre les Danes et les Anglo-saxons, elle est mariée à un ealdorman du roi anglais, ce qui entraine pour elle de lourdes conséquences: abandon de sa "liberté" et soumission à son mari et au roi anglais. Mais le naturel revient toujours au galop…

Suède - Représentation de la guerrière de Birka d'après le matériel archéologique de la tombe BJ.581 - Illustration: Tancredi Valeri/ AntiquityBref, pour son personnage, je me suis nourrie de tout ce que j’ai pu trouver sur la question des "femmes guerrières". L’exemple type pour les femmes guerrières est celui de la tombe de Birka (la Bj 581) avec son guerrier qui était finalement une guerrière, après des analyses ADN qui ont pu trancher définitivement. Et si cette tombe contenant toute la panoplie du guerrier renferme bien une femme, il ne faut pas oublier que dans un contexte funéraire, ces objets pouvaient aussi être un marqueur de prestige social. Et tous les hommes trouvés avec des épées n’étaient pas forcément des guerriers de métier…

Mais tout de même, des sépultures de femmes avec des armes et notamment des épées (toutes périodes confondues), ça ne court pas les rues en archéologie!

Les "guerrières vikings" ont pu exister, la preuve scientifique en est avec cette tombe de Birka: ses contemporains ont donné à cette femme le statut prestigieux de "combattante". Il existe aussi deux autres tombes confirmées de "guerrières vikings" de la même période que celle de Birka (trouvées en Norvège, c’est la C22541 de NordreKjølen à Åsnes et celle d'Aunvollen, la T20248) avec deux squelettes féminins accompagnés d’objets martiaux (épées dont une de type Petersen M comme celle de Birka, têtes de lance, bouclier, haches, et aussi des pièces de jeu comme dans la tombe de Birka).

Et si l’on ajoute des objets iconographiques contemporains de la période (amulettes dites faussement "Valkyries" dont celle du musée de Copenhague) avec certaines mentions littéraires (la fameuse skjaldmö) dans les sagas, cela commence à faire pas mal d’indices.

Enfin, il existe aussi des témoignages "historiques" tel celui de l’historien byzantin Jean Skylitzès (qui a vécu au XIème siècle) qui mentionne que suite à une défaite des Rus’, les Byzantins, lorsqu’ils ont pillé les cadavres ennemis sur le champ de bataille, ont trouvé des corps de femmes "équipées comme des hommes". Un deuxième exemple vient du Cogadh Gaedhel re Gallaibh ("la guerre des Irlandais avec les Étrangers"), un texte du XIIème siècle généralement considéré comme digne de confiance qui mentionne les attaques vikings sur Munster au milieu du Xème siècle. Dedans, les flottilles pour les raids sont répertoriées avec les noms de leurs commandants: la dernière est donnée comme "la flotte de l'Inghen Ruiadh", se traduisant par la "fille rouge" en référence apparemment à sa couleur de cheveux. En une seule et brève note, cette femme apparaît donc non seulement comme une viking elle-même mais aussi comme capitaine de navire et commandante de flotte. Pour finir, les femmes danes ("danoises") sont explicitement mentionnées comme faisant partie de l'armée viking qui assiège Paris fin 885, selon le témoignage d’Abbon de Saint-Germain-des-Prés (moine aux IXème et Xème siècles).

Toutefois, il est important de rappeler une chose avant de partir dans un fantasme sur des armées de "guerrières vikings" (rires), c’est que l’âge des vikings était régi par un système patriarcal, et que donc les "femmes guerrières", quand elles ont existé, devaient être des exceptions.

Pour aller plus loin, je conseille les travaux de l’archéologue spécialiste Leszek Gardeła, qui a fait une superbe et très documentée synthèse sur la question: Women and Weapons in the Viking World: Amazons of the North, publiée par Oxbow Books en 2021.

 

  • Le sujet des croyances, des religions et de leur confrontation est un thème central du roman, au même titre qu’il fut l’un des grands enjeux de cette période charnière pour asseoir durablement  le pouvoir des puissants. Mais de nos jours, que signifie selon vous le regain d’intérêt, ou tout du moins l’attrait, pour le paganisme?

Je le trouve intéressant, touchant et parfois aussi déroutant.

Intéressant d’un point de vue sociologique mais je laisserai répondre les sociologues et les ethnologues!

Touchant car finalement, on se rend compte que nos lointains ancêtres païens avaient une vision du sentiment religieux qui nous parle encore aujourd’hui.

Déroutant, car certains mouvements, inspirés par cet attrait pour le paganisme, ont fabriqué de toutes pièces une "religion" qu’ils disent être celle des temps passés. Or, nous n’avons que très peu d’écrits ou de témoignages archéologiques précis concernant les rites/cultes/religion des Gaulois (avec les druides par exemple) ou de l’âge viking …

 

  • Un mot au sujet de Bélénion chez qui tout un chacun pourra directement se procurer La Flamme rouge, car il s’agit d’une maison d’édition associative à laquelle vous prenez une part active. En quoi consiste votre rôle au sein de l’équipe et la ligne éditoriale que vous vous êtes fixés?

Bélénion éditions - LogoJe suis co-fondatrice de ce magnifique projet qui vise à promouvoir et à publier des romans historiques, vraiment historiques, c’est-à-dire basés sur des références historico-archéologiques sérieuses.

Le but est de permettre au lecteur de voyager dans le temps, avec le plus de réalisme possible, que ce soit au niveau des faits/personnages historiques ou des mentalités de l’époque (croyances, religions, mythologies). Il s’agit donc de ne pas faire du "fantasme historique" ou du "merveilleux (fantasy) historique", qui sont très présents dans le paysage éditorial français actuel. On veut que le lecteur ne soit plus perdu à se demander ce qui est vraiment historique et ce qui ne l’est pas. Notre projet est unique en France et on en est fières!

J’aimerais aussi dire aux lecteurs que l’ADN de Bélénion est associative, c’est-à-dire que tout l’argent récolté via la vente des livres ou des produits dérivés, va uniquement et entièrement pour la mise en œuvre du projet Bélénion (publication, promotion, diffusion, rémunération des auteurs). Nous sommes actuellement "trois gestionnaires" et œuvrons toutes bénévolement. Le fait d’être associatif est une force car nous ne publierons jamais un manuscrit qui ne nous a "historiquement" et "littérairement" pas convaincues - même s’il est d’un auteur déjà reconnu - ou juste pour des besoins "alimentaires".

Aussi, nous prenons notre temps et nous pensons faire une publication par an, tout en faisant la promotion de romans historiques correspondant à notre ligne (déjà publiés et pas par nous!) et en écrivant des articles sur l’actualité histo-archéo avec notamment l’utilisation des faits historiques dans les films ou les séries.

 

  • Quelle est votre prochaine destination ou projet d’écriture?

J’ai débuté la suite de La Flamme rouge, qui va se passer en grande partie autour de la Baltique (Pologne, Allemagne, Suède, Danemark, pays baltes, Finlande), vous avez donc certains de mes prochains voyages. (clin d'oeil)

 

  • Pour clôturer cet entretien, pouvez-vous nous citer quelques-unes de vos références sur le thème des Vikings et expliquer votre choix?

Un film?

 

The Northman, une claque esthétique et immersive, d’une qualité rare dans la reconstitution de la période viking, c’est une œuvre inspirée par l’esprit des sagas nordiques et bourrée de références historico-archéologiques.

J’ai adoré.

 

Une musique?

 

Wardruna, j’aime beaucoup écrire avec leur musique - que j’écoute avec toujours autant d’admiration depuis 2007, depuis la découverte de leur première démo.

Elle est un vaisseau direct pour voyager en tous lieux et en tous temps.

 

Une découverte archéologique?

 

Le site de l’Anse aux Meadows.

Pas de trésor spectaculaire "archéologique" avec cette découverte qui date de 1960 et pourtant, c’est un trésor historique car l’Anse aux Meadows, c’est la première "preuve" scientifique de la découverte de "l’Amérique" par les Scandinaves de l’ère viking, telle qu’évoquée dans les sagas d'Erik le Rouge et des Groenlandais.

Un site à visiter?

 

L’île de Wolin, en Pologne (près de la frontière avec l’Allemagne), sur la sublime côte baltique de sable et de forêts, sans hésiter!

Avec l’immersif et réaliste centre Vineta-Jomsborg qui est une reconstitution archéologique scandinave et slave d’un comptoir de l’ère viking, avec le musée archéologique de Wolin (constitué de pépites locales appartenant à l’ère viking), et avec la nécropole datant de l’ère viking (réserve archéologique), où on y voit presque marcher les draugar à la tombée de la nuit...

 

Merci beaucoup, Cécile, pour le temps que vous avez consacré à cet entretien, ainsi que le partage ici de quelques-unes de vos photos personnelles.

 

De cet effroyable événement dont les archéologues ont exhumé les funestes traces, Cécile Lozen livre une interprétation incandescente à la croisée du roman épistolaire intimiste, de la fresque historique grandiose, de la peinture sociétale sans fard et du thriller haletant, parsemée de tous les ingrédients d'une véritable saga.

Tout un chacun est assuré d'une expérience immersive, guidé par de judicieuses notes facilitant la compréhension des termes anciens. Il ne reste plus qu'à tenter de franchir indemne le brasier de la folie humaine et de la vengeance.

Une lecture chaudement recommandée tant elle respecte à la lettre la promesse de l'éditeur: l'Histoire devient vivante!

 

La Flamme rouge

An 1002. Le roi d’Angleterre Æthelred peine à protéger son royaume des invasions danes, ces Vikings venus des côtes de la mer du Nord.

Il cède en concluant un traité avec Sven, le roi du Danemark et de Norvège, mais aussi avec Richard, duc de Normandie. Le roi anglais voit alors arriver à sa cour la sœur de Richard, Emma de Normandie, qui deviendra son épouse, mais aussi la princesse Gunnhilde, la sœur de Sven ; deux femmes que tout oppose, hormis leurs origines vikings.

Mais le 13 novembre, Æthelred met à mort tous les Danes vivant en Angleterre. Des milliers sont exécutés et Gunnhilde disparaît. Qui l’a tuée? Pourquoi le roi Æthelred a-t-il risqué la survie de son royaume en massacrant tous les Danes de son territoire?

Au cœur d’une cour royale rongée par les complots, c’est aussi la survie du paganisme qui se joue… Un mystérieux cavalier va se battre pour faire éclater la vérité et réclamer vengeance…

 

Autre publication de l'auteur

L'Or maudit de Tolosa, publié chez Tautem édition (2020)

  • 2 votes. Moyenne 5 sur 5.

Commentaires

  • Ana Louva
    • 1. Ana Louva Le 08/07/2023
    Des livres vrais historiquement, dans lesquels on plonge et grâce auxquels on s'évade sans aucun problème !
    Vous vivez ces époques lointaines et méconnues, comme si vous y étiez !
    Je n' avais jamais rien lu de tel, de cette qualité historique.
    Je recommande la lecture des livres de Cécile Lozen, si vous aimez l'Histoire et les histoires, ces livres vont vous passionner!
    BRAVO.

Ajouter un commentaire